Opinions:  Les médias et le monde du web

 

Il y a quelques semaines j’ai écrit ce texte que je voulais adresser aux médias écrits, mais amener un débat à un autre niveau et faire publier ce texte d’opinions sur le monde des médias traditionnels versus les nouveaux médias et nouveaux métiers associés à ces nouveaux médium de diffusion et de communications. Avec 68 employés qui ont perdus leur emploi associé aux titans des médias traditionnels au Québec, j’ai décidé de vous partager finalement ce texte via mon site web personnel. Va te chercher un café ou du vin tout dépend de l’heure à laquelle tu lis ce texte, car j’en ai long à dire. Je vais probablement le faire en vidéo Youtube en début de semaine prochaine, car l risque d’être aussi partagé que ma crise envers les médias traditionnels qui ne savent pas de ce qu’ils parlent lorsqu’ils parlent des “influenceurs”! Si vous n’avez pas vu ma fameuse vidéo en question, je vous invite à le faire en cliquant ici. Parce que je suis vraiment à boutte…

 

Je vais commencer par une leçon d’histoire des médias traditionnels au Québec.

Depuis les années 1800 que le Québec a des journaux quotidiens. Et fait intéressant, quelques un des premiers journaux… ont été créé par un Brousseau… Léger Brousseau :  Le courrier du Canada et le Journal des Campagnes. Je ne veux pas laisser entendre que j’étais peut-être prédestinée à un métier dans les communications et marketing… mais le hasard est assez étrange.

 

Continuons la leçon d’histoire…

 

En 1936, Radio-Canada est le premier diffuseur d’émission radiophonique au Canada. Bien que la radiophonie soit arrivée dans les années 20, on peut dire que ça débuté, mais le nom Radio-Canada est apparu en 1936.

Faites-le calcul, l’an prochain, la radio va fêter 100 ans au Canada.

 

En 1954 les premières réelles émissions de télévision apparaissent avec Radio-Canada. Les gens se vêtissaient de leur habit du dimanche ou comme dirait ma grand-mère s’endimanchaient, car on croyait que la personne l’autre côté de la vitre les voyaient. Cette année on fête 65 ans de télévision.

 

En 1994, les premiers services Internet et cellulaire commencent à faire apparition dans les maisons. Pouvez-vous vous imaginez que ça fait 25 ans. Je me souviens encore du son dans le téléphone lorsque les gens avaient Internet à la maison.

 

Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’il y a 100 ans, les journaux ont eu peur de la radio. Il y a 65 ans, la radio a eu peur de la télé. Et aujourd’hui, on a peur de Youtube, Instagram, les blogues et autres zones d’influences.

 

Pourquoi présentement nous avons peur des créateurs de contenu web (aussi renommé influenceurs) et du marketing web en sachant que ça serait la bonne chose d’investir dans ces nouveaux mode de communication? Pourquoi les médias traditionnels crachent du venin constamment sur les créateurs de contenu non associé à leur plateforme? La réponse va peut-être vous surprendre, parce que nous sommes en train de vivre une première révolution des médias en presque 65 ans et voici comment ça se passe.

 

La tribune donnée à tous

Présentement, il y a un problème avec les créateurs de contenu web. Tous et chacun pensent et peuvent devenir un créateur de contenu web. Un compte médias sociaux c’est gratuit, ça prend peu ou pas d’équipements. Du wifi, du café, un nom de domaine 20$ par annés, installation de wordpress… pis tu peux même créer du contenu à partir de ton téléphone qui fait la caméra et sur les médias sociaux.  Donc les gens s’imaginent que c’est hyper facile, tout le monde s’improvise et s’autoproclame influenceur parce qu’ils ont une tribune, par contre la plupart ne deviendra jamais un véritable créateur de contenu.

 

Plusieurs vont se lancer dans la facilité  mais quand il viendra le temps de faire autre chose ils vont se tirer une balle dans le pied parce que leur audience va être bâti sur ce qu’il faisait à la base. Pour l’avoir vécu, parler de ma vie d’entrepreneur intéresse moins de gens que lorsque je parle de mon rouge à lèvres ou que je fais une visite au Zoo de Granby en famille. Pas que je n’aime pas créer du contenu lifestyle famille, mais j’ai d’autres intérêts. La vie ne se résume pas qu’à mon blog Lifestyle OU ma vie d’entrepreneur, c’est plus large que ça. Je suis la maman de Daphné, la conjointe de Simon, j’aime la série Handmaid’s Tale, mais j’aime aussi la série Jane The Virgin. J’adore lire, mais j’aime aussi écouter un bon film. La vie c’est pas noir et blanc avec des cases, c’est plutôt des Zones super grises et l’être humain est plus complexe que d’être mis dans une case. Je ne peux pas résumer ma vie À UN SEUL ASPECT. Ils s’entrecroisent tous. J’ai débuté mon blog etreradieuse.com en 2010 qui était 100% beauté à l’époque. Aujourd’hui, j’y parle de mes découvertes lifestyle, famille, foodies, vino et même de ma vie d’entrepreneur. Je trouve que ça apporte plus aux gens lorsque je parle de mes autres intérêts.


Ce qu’on blâme aussi d’Internet, c’est qu’il y a beaucoup de contenu vide. Quand ça fait 10 Youtubeurs québécois qui reprennent le challenge de l’heure, en ce moment c’est on va manger ce que l’autre personne a commandé devant eux juste avant. Un moment donné soyons un peu plus original. Ça pogne pour les adolescents, mais les adultes au Québec trouvent peu de contenu adressé à une audience plus culturelle, mature ou entrepreneuriale. J’essaie de mettre du contenu intéressant balancer entre le lifestyle, la vie d’entrepreneur à chaque semaine sur ma chaîne Youtube, mais c’est beau si j’ai 100 vues.

 

Avec le temps, un peu comme ce qui se fait en France et aux Etats-Unis, le Québec aura aussi du contenu plus culturel, plus niché et moins de trucs vides. Si des adultes créerait contenu plus recherchés qui partagent du contenu riche en savoir comme le fait Laurent Turcot avec sa chaîne l’histoire nous le diras qui démocratise en quelque sorte l’histoire en la rendant accessible, ou le savoir culinaire de Manon Lapierre,  la petite bette, je peux vous garantir que la scène Youtube québécoise commencerait à être plus diversifiée que du contenu s’adressant uniquement à des jeunes.

 

 

Prenez votre place, c’est pas juste pour les jeunes.

 

 

La transformation et la migration des médias

 

Les médias sont en train de se transformer et de migrer vers le web.

La radio parlé devient un podcast.

Les journaux et magazines deviennent des blogues et des site web médiatique

La télévision devient des vlogues, du stream, websérie et Plateforme style Netflix.

 

Radio-Canada à la fin 2009 et début 2010 a su s’adapter avant tout le monde en créant tou.tv

 

Même le bulletin de nouvelles de Radio-Canada est en live Facebook et certains segments sont partagés sur les médias sociaux dont Youtube.

 

Guy A Lepage qui chialait récemment sur les influenceurs et Internet, j’écouterais bien plus Tout le monde en parle s’il était sur Internet et YouTube. En France des émissions similaires ont leur chaîne Youtube Officiel.

 

Depuis 2017, le CRTC a émis également quelques règlements et lois au sujet du marketing en ligne au Canada.

 

Il faut arrêter de combattre ce changement, s’adapter et transformer des postes au goût du jour.

 

Créateurs de contenu web vs influenceurs

 

Influenceurs? Un influenceur est quelqu’un qui a de l’influence. Ce n’est pas obligé d’être un instagrammeur ou une instagrammeuse sexy. Un politicien a de l’influence, un musicien a de l’influence, un humoriste a de l’influence, un entrepreneur a de l’influence, tes parents ont de l’influence, etc. Le terme est selon moi à réviser, car avoir de l’influence tout le monde en a sur tout le monde. Des fois je vois du monde qui ont plus de likes que Moi Sur une publication vide de contenu et ça me fâche et il y a d’autres personnes qui eux travaillent fort et son inspirants. C’est pour ça que l’on devrait valoriser le contenu du créateur de contenu plutôt que le nombre d’abonnés. J’ai vu récemment un chef hyper connue avec le double de statistiques d’une amie et son taux d’engagement est de 0,5% en moyenne… mon amie on approche du 10%. Je l’ai vu même chose dans une campagne dont le gars avaient plus d’abonnés mais moins d’engagement que moi.

Si certains créateurs de contenu ont parfois des meilleurs statistiques que des émissions de télévision, c’est parce qu’ils offrent quelque chose qui se rapproche de ce que les gens raffolent depuis le début des années 2000, la télé réalité.

Ils nous font vivre des tranches de vies sans censure ni scrupule, que ce soit la mère qui montre ses enfants en couche et qui a un real talk entre moms dans ses “story” instagram et qui te donne l’impression d’être ta meilleure amie avec qui tu irais prendre un café ou encore le petit couple vraiment cute dont la femme est hyper germaine en qui tu te reconnais. Et pour d’autres ce sera l’inspiration qu’ils apportent à des jeunes qui se posent des questions sur leur orientation sexuelle. D’autres vous accompagneront dans vos futurs recette comme une émission de cuisine.

 

La différence entre ça et là télévision, les gens semblent plus accessible, ce sont des monsieur et madame tout le monde et ils sont en train de démocratiser le vedettariat, qui, jusqu’à maintenant était accordée qu’à un certain groupe.

 

Un matin cette semaine, j’étais couchée avec mon conjoint Simon et on se disait que Elvis avait dû en faire vendre des souliers En Suède bleu avec la chanson Blue Suede Shoes et des Cadillac rose avec sa mythique Cadillac Rose. Après recherche, il y a un livre publié en 2016, que je ne manquerai pas de lire qui se nomme Zoo Suit to jumpsuit qui explique l’influence que Elvis a eu sur la mode.

Nous vivons une crisette après le fameux scandale de PO Beaudoin

PO Beaudoin a l’air d’un gars super sympathique, mais il m’a fait mal. Je comprend qu’il est humain, qu’il a fait des erreurs. Je n’ai pas des dizaines de milliers d’abonnés comme lui mais suite à l’histoire du taxi qui a été super médiatiseé, justement à cause de ses milliers d’abonnés, dans la semaine, j’ai perdu 3 contrats et dans le courriel que j’ai reçu à chaque fois il y avait une formulation similaire: “Suite aux récents événements dans les médias avec un influenceur, nous préférons mettre sur pause nos partenariats avec des influenceurs.” J’ai parlé avec d’autres créateurs de contenu et même son de cloche que moi, ils ont perdu des contrats. 

 

Les médias en ont profité. On met tous les influenceurs et créateurs de contenu dans le même bâteau. Suite au scandale de Eric Salvail, c’est étrange on n’a pas mis les freins sur tous les animateurs télés et radio.

 

Cette semaine je fais affaire avec une marque majeure et au lieu de me faire confiance à 100% comme avant entre 2013 et 2017 (2018 ça été une très mauvaise année et je remis beaucoup en question mon blog Etre Radieuse… je me pose encore des questions à l’heure actuelle et je vis sur le respirateur artificielle en ce moment pour mes blogs, par chance que j’ai mon agence marketing…), je dois rapporter des stats, donner des copies écrans au deux jours. Ça me rajoute du travail parce qu’avant j’envoyais seulement un rapport à la fin de la campagne, néanmoins si c’est pour leur prouver que mon audience est réellement intéressée et m’ouvrir une porte pour un contrat parce que mon audience est mieux cibler qu’un autre influenceur pour ce type de produit ou service, je vais le faire. Ça va être  au créateur de contenu de mieux s’outiller et s’entourer pour mieux diffuser leur message.



Refus Global 2.0



Le 9 août 1948, Le Refus Global a été un manifeste de changement et aujourd’hui, je crois qu’il serait bien qu’on en refasse un. Si vous n’avez jamais lu ce manifeste, je vous invite à le faire en cliquant ici. Dire que c’est disponible aujourd’hui sur Wiki Source, dans mon temps j’ai acheté le livre.

Ce manifeste a marqué la culture et a permis de rejeter des croyances. On y dénonçait également  la peur, car ici au Québec, ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on a peur du changement et de la différence.  Je cite:

Le règne de la peur multiforme est terminé.

Dans le fol espoir d’en effacer le souvenir je les énumère:

peur des préjugés — peur de l’opinion publique — des persécutions — de la réprobation générale

peur d’être seul sans Dieu et la société qui isole très infailliblement

peur de soi — de son frère — de la pauvreté

peur de l’ordre établi — de la ridicule justice

peur des relations neuves

peur du surrationnel

peur des nécessités

peur des écluses grandes ouvertes sur la foi en l’homme — en la société future

peur de toutes les formes susceptibles de déclencher un amour transformant

peur bleue — peur rouge — peur blanche : maillon de notre chaîne.

Du règne de la peur sous trayante nous passons à celui de l’angoisse.

Il aurait fallu être d’airain pour rester indifférents à la douleur des partis-pris de gaieté feinte, des réflexes psychologiques des plus cruelles extravagances : maillot de cellophane du poignant désespoir présent (comment ne pas crier à la lecture de la nouvelle de cette horrible collection d’abat-jour faits de tatouages prélevés sur de malheureux captifs à la demande d’une femme élégante; ne pas gémir à l’énoncé interminable des supplices des camps de concentration; ne pas avoir froid aux os à la description des cachots espagnols, des représailles injustifiables, des vengeances à froid). Comment ne pas frémir devant la cruelle lucidité de la science.

À ce règne de l’angoisse toute puissante succède celui de la nausée.

Nous avons été écœurés devant l’apparente inaptitude de l’homme à corriger les maux. Devant l’inutilité de nos efforts, devant la vanité de nos espoirs passés.”

Ça été écrit en 1948 et je trouve que ce texte est encore d’actualité. Ce sont 15 artistes qui en avaient marre qui ont signé ce texte. Ce texte est littéralement une charge puissante contre la société québécoise alors embourbée dans l’immobilisme. En 2019, contrairement aux États-Unis et l’Europe, nous vivons encore une fois de l’immobilisme, mais cette fois-ci envers le web.

 

 

Les avantages de travailler avec un créateur de contenu web

 

Je vais vous confier un secret, je suis comme un super héro avec deux identité. Du lundi au vendredi entre 9h30 et 17h30, j’aide des entreprises avec leur Marketing web avec #Neomedias, mon agence Marketing web et les soirs et weekend, je gère mon blogue personnel lifestyle famille que je gère depuis 9 ans ainsi que d’autres médias en ligne. Je vois les deux côtés de la médaille.

 

Bien exécuté et ciblé, les campagnes de marketing avec des créateurs de contenu web peuvent être réellement profitable sur le long terme. Il faut le voir un peu comme un panneau publicitaire sur le bord du pont Jacques-Cartier ou de l’autoroute. Tu sais qu’il y a du trafic qui vont le voir, mais tu peux pas nécessairement prouver que ça été rentable, ni la publication dans un magazine papier. Ce qui est plaisant avec le web c’est qu’on peut faire des test a/b et avoir du data et des rapports. Des chiffres et des statistiques bien précises et même jusqu’à des habitudes de consommation. Le data et l’intelligence artificielle créé par des algorithmes bien précis permettent de bien cibler une audience et ce même similaire à ton compétiteurs.

 

Google Ads  et Facebook Ads t’en donnent un peu, le marketing d’influenceurs t’ouvre un univers et un univers vraiment bien précis.

 

Autrefois on appelait le beau-frère pour un service ou un produit X, aujourd’hui Google, Facebook, Pinterest et Instagram sont devenus les références en matière d’avis. Il y a plus de recherches Google avec son téléphone mobile lorsqu’on veut un renseignement de façon rapide.

 

Le marketing d’influenceur c’est de prendre votre client idéal qui a une audience de clients idéaux qui partagent son avis sincère au sujet de votre produit.

 

Pourquoi ne pas penser à une campagne multimédias?

 

Pour terminer, si j’ai une suggestion en ce moment, autant pour l’entreprise qui ne sait pas où plus où mettre son budget marketing que les médias traditionnels. Contactez-moi, je vous fais un plan de match et on enlève une petite partie budget médias traditionnel pour le mettre entre les mains des créateurs web. Ensuite, vous pouvez réutiliser ce contenu, pour le repartager ailleurs. Je ne rentrerai pas dans les détails ici, mais ça vaudrait la peine qu’on jase.

Et au lieu de se diviser: Collaborons et travaillons ensemble Créateurs de contenu et Médias Traditionnels.

Les médias sociaux, vlog, blog et stream comme une entreprise

Ce matin, en regardant le stream Twitch de mon conjoint, Simon Rivest (SimonR191), en replay d’hier soir, je me suis rendue compte de quelque chose… En fait quelqu’un a posé la question qui suit: “Comment trouvez-vous le temps de streamer et de joindre la communauté Twitch en ayant des entreprises?”

Simon a brillamment répondu qu’il streamait en raison de 12 à 20h semaine, le soir et les weekends, en dehors des heures de nos entreprises et que Twitch rapportait des revenus.

Contrairement à ce que les gens peuvent croire, une chaîne de Stream Twitch peut-être géré comme une entreprise. Jouer à des jeux vidéos en ligne et divertir une audience qui a envie d’une expérience sociale, ça l’a un prix. Selon Twitch, une fois que tu as atteint les objectifs requis pour devenir “partenaire”, tu peux demander à aux utilisateurs qui te regardent attentivement 4,99$USD par mois pour pouvoir échanger avec eux, avoir accès à des trucs exclusifs et faire partie de l’audience engagée.

 

Il en va de même pour un blogue, un vlogue (une chaîne Youtube) et même un Instagram peut être une source de revenus intéressante pour le créateur de contenu. À l’heure des médias sociaux, autant que pour une entreprise que pour un créateur de contenu, l’important c’est de créer une armée de fans finis de vous et/ou des produits et services que vous offrez, c’est-à-dire une audience engagée et qui sont vos messager. Cette audience agira à titre de micro-influenceur dans leur entourage en partageant, likant et commentant vos publications. C’est de cette façon que les créateurs de contenu, dit influenceurs (comme je l’ai déjà dit, n’importe qui peut être un influenceur) génèrent des revenus, car leur communauté est engagée, fan et partage.

Les façons de générer des revenus en tant que créateur de contenu :

La plus part des façons de générer des revenus sur le web sont diriger par des lignes directrices en lien avec la publicité. Par exemple, vous devrez utiliser les mots #Pub, #AD, #Commandité et même indiqué clairement si vous avez des espaces publicitaires sur votre blogue PUBLICITÉ. Vous devez également ajouter une bannière qui déclare que vous êtes conforme au GDPR c’est-à-dire: règlement général sur la protection des données, est un règlement de l’Union européenne qui constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel. Il renforce et unifie la protection des données pour les individus au sein de l’Union européenne. Sans quoi votre site peu ne pas être répertorier par les moteurs de recherches du côté de l’Union européenne et vous pouvez jusqu’à en payer une amende.

Publicité

La publicité via les pub du type Adsense apporte des revenus au blogueur. Ils sont soit payés aux impressions ou aux clics. Le même système est utilisé par Youtube, tout comme sur un blog. Par contre avec tous les utilisateurs de Ad block qui fréquentent les blogues et Youtube, je peux vous dire qu’en dix ans j’ai vu les chiffres descendre drastiquement.

Contenu sponsorisés
Le contenu sponsorisé ou commandité où il serait accompagné des mots AD, Pub, Sponsorisé ou commandité est généralement la façon dont nous faisons majoritairement nos revenus en tant que créateur de contenu. Ce sont des partenariats qui nous permettent de gagner un bon montant par partenariat.

Commandite

À ne pas confondre avec le contenu sponsorisé. Il s’agit d’un partenariat beaucoup plus libre et qui demande une seule mention sans nécessairement se concentrer sur un produit. Il ressemblera dans un podcast à: “Ce podcast vous est présenté grâce à…” ou dans un article de blog: “Cette recette est une présentation de…”  ou encore ” En collaboration avec X, nous (je) vous présentons…”

Placement publicitaire

Sur Instagram et Youtube c’est là qu’on va le voir plus fréquemment. C’est de placer dans l’image ou dans la vidéo un produit X qu’on verra bien en évidence sans que ce soit une publicité directement. Bien entendu, nous devons l’écrire qu’il s’agit d’un placement publicitaire.

Abonnements
Sur Twitch et d’autres plateformes dont Youtube qui a commencé l’année dernière, il y a la possibilité de créer des abonnements lorsque  vous atteignez un certain niveau.

Items promotionnels
Certains créateurs de contenu vont créer des items promotionnels avec des plateformes de créations d’items promotionnels afin de gagner un certain pourcentage sur les produits vendus.

Autres
Il y a aussi la création de cours en ligne, ebook ainsi que de services connexes aux créateurs de contenu.

 

Nos revenus du Web d’où viennent-ils?
Nous avons Neomedias qui nous donne un certain pourcentage important de nos revenus mais nous avons des revenus qui viennent des blogues et Twitch

Pour notre part, les revenus viennent des publicités des blogues mais surtout du contenu sponsorisés. Depuis janvier, nous pouvons compter également sur les revenus de Twitch qui ne sont pas énormes mais qui se comptent par les donnations sous forme de “bits” , également via streamlabs ou encore via les abonnements.

On a lancé la ligne d’items promotionnel de Simon, afin de générer une nouvelle source de revenu.

Notre chaîne YouTube Etreradieusetv n’a pas l’option de monétisation car même si nous avons pu cumuler 4000h de visionnement, il manque les abonnés. Depuis février 2018, il faut 4000 h de visionnement et plus de 1000 abonnés pour avoir accès à la monetisation de YouTube. Donc si vous voulez donner un petit coup de main, abonnez-vous à notre chaîne YouTube etreradieusetv.

 

Hein faut que je paye les créateurs de contenu pour faire parler de moi?
Oui je fais payer les entreprises pour parler d’eux sur mon blog Lifestyle. Par contre je choisis bien mes partenariat avec des entreprises, produits et des marques que je consommes déjà ou que je consommerais. On se fait offrir tellement de gratuité, toutefois, les gratuités ne payent pas l’équipe, ni nos locaux, ni
Nous prenons que les gratuités dans le cadre d’articles éditoriales ou à thématique. J’ai même créé une catégorie d’article sur mon blog lifestyle afin de ne pas oublier les compagnies qui nous envoient des produits, car dans les derniers mois (voir la dernière année) nous avons eu beaucoup de pression de la part des marques pour parler des produits envoyés qui des fois ne concordait pas avec nous du tout. J’ai déjà reçu des vitamines prénatales alors que je n’ai pas l’intention d’avoir d’autres enfants. Je vous l’ai dit dans mon article de janvier Être Entrepreneur c’est comme Être Parent. Il y a eu plein de trucs comme ça, donc, nous avons décidé d’en parler quand même simplement pour les moteurs de recherches et garder de bonnes relations avec les agences de presse et les marques.

 

Le problème avec les médias sociaux…

Ne vous restreignez pas uniquement au médias sociaux. Avec les récentes pannes de Facebook et de Instagram, vous devriez en retirer une leçon, avoir un site personnel est important. La journée qu’il y a eu une panne avec Facebook, j’étais bien contente d’avoir un blog lifestyle et un site sur lequel je partage du contenu et des médias en ligne, car les gens allait s’informer sur mes sites plutôt qu’une plateforme tierce et ça l’a généré beaucoup de trafique organique plutôt que de site référents. En même temps, le contenu que vous créez sur vos propres plateforme restent dans le temps et gagnent en valeur en plus de vous créer une présence web.

Encouragez gratuitement :
Vous connaissez des créateurs de contenu exceptionnel? Alors je vous invite à faire ce qui suit pour les aider:

Partager le contenu qu’on aime
S’abonner aux divers canaux du créateur de contenu
Partager les items promotionnel
Partager les nouvelles publications
Participer aux discussions
Liker leur contenu
Parler d’eux en bien et les recommander
Les faire découvrir à votre entourage

Ainsi vous allez leur donner un coup de pouce énorme et c’est la même chose pour les entreprises. Vous pouvez encourager en partageant leur publication et en commentant que vous allez aider à les faire connaître.

Partage donc cet article si tu l’a apprécié. Et joins-toi à mon Instagram @etreradieuse, je donne plus souvent des nouvelles et il y a plein de “behind the scene” de ma vie d’entrepreneur, blogueuse et famille.

Être entrepreneur c’est comme être parent.

Je viens de réaliser que je n’ai rien écrit depuis le mois d’octobre ici. Ce qui s’est passé? On a lancé un Podcast, on a aussi mis beaucoup de contenu sur Youtube et on a eu beaucoup de clients chez Neomedias. Bref maintenant que vous avez de mes nouvelles, je vais vous parler plus sérieusement

C’est vraiment drôle. Durant le temps des fêtes, Simon et moi nous avons eu ce fameux commentaire. Vous savez ce fameux commentaire que lorsque vous êtes depuis un moment en relation avec quelqu’un vous avez. “Quand est-ce que vous croyez avoir un enfant?” Aujourd’hui, j’écrivais un article sur mon blog lifestyle Etre Radieuse sur le ménage de ma maison en ce moment où j’applique la méthode de Marie Kondo. En écrivant mon article j’ai écrit quelque chose de vraiment intéressant: Démarrer une entreprise c’est comme avoir un bébé. Ça reste comme ça, je prend le temps de manger une bouchée avec Simon et hop… Une idée d’article a germé dans mon esprit. Créer son entreprise c’est vraiment comme avoir un enfant. Après 4 ans de relation il est tout à fait normal que Simon et moi ne désirons pas avoir un enfant. Nous avons Daphné qui est en pleine santé et qui ne porte plus de couches, fait ses nuits et qui commencent à agir comme un mini adulte/ adolescente. Des fois je dis 5 ans bientôt 15, mais ça c’est une autre histoire. Est-ce qu’on a envie de changer des couches, passés des nuits blanches? J’ai réfléchis un peu et j’en suis venue à une conclusion un peu farfelue. Si Simon et moi nous ne désirons pas avoir un enfant, c’est parce que ce bébé là est déjà là et il s’appelle Neomedias Agence Marketing web.

 

Plus j’y pense, plus que notre entreprise ressemble à un enfant. La vie d’entrepreneur ressemble carrément à la vie de parents. Les attentes et les problèmes sont super similaires. Je sais de quoi je parle, je suis maman.

 

La grossesse

Sur papier tout est magnifique, la grossesse de l’entrepreneur est une lune de miel, on se lance dans une nouvelle aventure ensemble avec toutes les meilleures intentions du monde et tout est magnifique. Comme les nouveaux parents qui n’ont pas encore d’enfants, nous c’est toujours mieux. Le plan d’affaire est impeccable et les facteurs désastres n’existent pas.

 

L’accouchement

Une fois le plan d’affaire établi et qu’on lance officiellement l’entreprise, comme un accouchement, on a des surprises, c’est difficile et on peut envoyer chier souvent son partenaire en disant: ” C’EST TOI QUI M’A EMBARQUÉ LÀ-DEDANS!” L’important c’est de prendre des grandes respirations et d’avoir un homme qui te dit: “tout va bien aller, tu vas voir!” Jusqu’à ce que tu arrives à un point satisfaisant.

 

L’arrivée de l’enfant

Alors que vous êtes heureux, que vous carburer au café et que vous dormez peu, votre entreprise vous coupe de précieuses heures de sommeil, car vous voulez arriver dans les délais du client et satisfaire vos clients. Donc comme pour un parent d’un nouveau-né, vous pouvez vous réveiller à tout heure du jour et de la nuit pour avancer vos dossiers.

 

Les tantrums

Comme être parents, vous aurez à gérer des caca nerveux et des tantrums et des non. Les clients peuvent vous faire des crises si l’écriture est pas en une police d’écriture funky qui n’est pas considéré dans les Google Fonts. Vous pouvez avoir des “on m’a dit que…” et revenir sur ses légendes urbaines comme lorsque votre enfant a cru que le méchant loup était en dessous de son lit. “Non les majuscules n’affecteront pas ton SEO, ni le hashtag dans le titre du billet de blog…” Votre devoir sera de gérer les tantrums, calmer le tout, tout en restant zen. Parfois vous allez en échapper quelques uns.

Vous aurez à répéter souvent

Lorsque vous avez une entreprise, comme un enfant, vous allez devoir répéter souvent, très souvent les mêmes choses à vos clients.

 

Vous allez piler sur des “Lego”

Peut-être pas physiquement, mais il y a certaines situations qui vont avoir la même sensation.

 

Vous pensiez que c’était le pire?

Lorsque vous pensiez que c’était le pire, il y a un moment encore pire qui va arriver juste après ou en même temps.

 

L’entourage est important

Plus vous aurez une entreprise grandissante, vous allez vous trouver des alliés qui deviendront vos bras droits, conseillers, certains vont amener une structure, d’autres une façon de voir des choses que vous n’auriez pas vu et même germer des idées pour le futur. On dit qu’il faut un village pour élever un enfant, ça en prend un aussi pour aider son entreprise. Je vais en profiter pour remercier Simon, Jean-Philippe Mailloux, Bastien, Yanna et Lydie de faire parti de ce village.

 

Comme avec  un enfant…

Comme avec un enfant, vous allez devoir mettre des punitions à vos employés qui seront appelé sanction ou encore mettre ses limites et mettre ses culottes envers vos clients. Vous allez devoir aussi vous entourer de spécialistes et de professionnels et savoir en prendre et en laisser. Être entrepreneur comme Être Parent c’est challengeant.

 

 

Je terminerai en disant… Comme avoir un enfant, votre entreprise va vous apporter des moments de bonheur et vous en faire voir de toutes les couleurs.

#DreamBigPrincess: Les projets ambitieux

Si vous m’aviez connu adolescente et que vous m’auriez demandé ce que j’avais envie de faire de ma vie d’adulte, j’aurais probablement dit écrivaine. Jamais je n’aurais cru me tourner vers une carrière en marketing web. Pourtant, c’est un peu ce que je fais au quotidien, d’écrire… Écrire en tant que blogueuse, écrire pour optimiser le SEO de mes clients chez Neomedias, écrire des scripts, écrire des descriptions, etc. J’écris à la journée longue. J’ai même une série de livre que je suis en train d’écrire Wifi Café Ambition, Wifi Vino Ambition et finalement Wifi Champagne Empire, c’est un peu sur tout ce que j’ai vécu dans les 10 dernières années. Le premier volet est un résumé global de notre histoire et  des tactiques web que Simon et moi avons utilisé pour générer de l’argent à partir du web, le deuxième volet se consacre sur tout ce qui peut aller mal dans l’industrie du web et le troisième c’est plutôt comment continuer de surfer sur un succès web. Présentement mon grand rêve, c’est cette triologie, car il manque de livres sur le web au Québec.

Ce n’est pas le premier livre que j’écris, à 21 ans j’ai publié un roman d’horreur/ science-fiction, un genre qui m’intéressait beaucoup. Je ne me considère pas comme écrivaine, toutefois, je considère que j’ai réalisé une partie de mon rêve. C’est-à-dire, gagner ma vie en écrivant.

Des rêves on en a tous, pour certaines personnes ces rêves sont plus accessibles ou ils ont été réalisé, pour d’autres, c’est par des manques divers que ce soit de l’éducation, d’argent et même parfois par peur. Il y a aussi des centaines d’autres raisons comme le manque de travail et de patience.

Jeudi le 11 octobre, dans le cadre de la journée internationale des filles, j’ai décidé de réaliser en partie le rêve de Daphné (ma fille) de devenir YouTubeuse et de faire une collaboration. Attention pas n’importe quelle collaboration… Une collaboration avec Andie Duquette dans le cadre du lancement de la chanson Vis Ton Rêve qui est l’hymne des princesse de Disney. Daphné a pu réalisé son rêve et ce habillée en princesse. Vous pouvez allez voir mon article plus complet sur cette expérience incroyable sur etreradieuse.com #DreamBigPrincess: Nous avons fait rêver en grand Daphné avec Andie Duquette Au Ritz Carlton de Montréal et le vidéo de Daphné sur notre chaîne YouTube EtreRadieuseTV, si vous n’êtes pas abonnés ça serait une bonne opportunité pour le faire.

 


Si j’ai pu aider à réaliser le rêve de Daphné, c’est parce qu’elle nous a prouvé à maintes reprises qu’elle faisait ça aussi bien que des YouTubeurs plus âgés, qu’elle travaille fort et que j’ai fait aller un peu mes contacts. Être bien entourée aussi aide à accomplir ses rêves.

 

Voici le vidéo en question.

 


Bref cette collaboration ambitieuse est aussi une belle opportunité pour vous parler de la Journée Internationale de la fille.

Disney a lancé l’édition spéciale québécoise de la chanson bilingue et du vidéoclip Vis ton histoire, de la campagne Rêve en grand, princesse. C’est l’artiste québécoise Andie Duquette, ancienne participante à La Voix, qui a prêté sa voix à cette version.

La Journée internationale de la fille, qui en est maintenant à sa sixième année, est une journée organisée par l’Organisation des Nations Unies. Elle vise à mettre en lumière les besoins des filles et à répondre aux défis auxquels elles font face, tout en promouvant l’autonomisation des filles et l’exercice de leurs droits fondamentaux. Comme cette journée spéciale, Rêve en grand, princesse est plus qu’une simple campagne, mais un mouvement avec un simple objectif : inspirer les jeunes filles à croire en elles et en ce qu’elles peuvent accomplir si elles croient en leurs rêves, et leur montrer que c’est possible.

« Ce partenariat a profondément influencé ma vie… Rêve en grand, princesse, c’est mon rêve qui se réalise », s’enthousiasme Andie Duquette. « Si on m’avait dit, petite fille, que j’aurais la chance de chanter l’hymne officiel pour Disney Princesse en 2018, j’aurais pleuré, crié, sauté de joie. En fait, j’ai bel et bien eu cette réaction… à 30 ans! J’espère que nous inspirerons toutes les petites princesses à foncer, à croire en leurs rêves et à ne pas avoir peur de viser les étoiles. »

Rêve en grand, princesse souligne les moments inspirants et les qualités exceptionnelles des princesses de Disney pour montrer aux jeunes filles de partout que rien n’est hors de portée si elles ont la sagesse de croire en elles-mêmes, la force de protéger notre planète et le courage de ne jamais abandonner, d’explorer de nouveaux univers passionnants et de faire de leurs rêves une réalité.

« Les filles ont de grandes épreuves à surmonter. J’ai entendu de nombreuses histoires, j’ai vécu diverses expériences et j’ai continué à persévérer malgré toutes les embûches que la vie a placées sur mon chemin. Je croyais en mes rêves quand j’avais seulement cinq ans, et me voici ici, 25 ans plus tard, en train de chanter dans un vidéoclip avec Belle, Cendrillon et Jasmine », ajoute Andie.

La franchise Disney Princesse a fait cette annonce après le lancement d’un projet à l’échelle mondiale réunissant des courts-métrages numériques réalisés par 21 jeunes femmes de talent des quatre coins du monde. Les créations portaient sur des modèles féminins inspirants. La série #DreamBigPrincess sera diffusée sur l’ensemble des plateformes médiatiques de Disney à l’échelle mondiale dans le cadre d’une campagne visant à amasser 1 million de dollars en dons pour Girl Up, une initiative de la Fondation des Nations Unies.



La chanson de Andie Duquette est tellement inspirante que ça vaut la peine d’être écouté sur “repeat”




Même moi j’en ai des embûches, faut juste surpasser le tout, et continuer d’avancer. Des projets ambitieux ça se réalise une étape à la fois. En attendant, n’oubliez jamais de rêver grand, mais de mettre en action vos rêves.